« L'écriture a ceci de mystérieux qu'elle parle. » Paul Claudel.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Hellow les écrivains Smile N'oubliez pas de voter pour le "Membre de la Semaine" dans la partie Editorial "Sondage: Membre de la Semaine". Vous avez jusqu'à demain pour apporter votre soutien à la personne de votre choix, sauf vous-même bien entendu, si ce n'est pas encore fait.
Partagez | 
 

 Les figures de style dans le roman et la poésie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Miko
Falco eleonorae
Falco eleonorae


Nombre de messages: 339
Age: 20
Plumes: 1232
Date d'inscription: 22/01/2011

MessageSujet: Les figures de style dans le roman et la poésie.   Dim 5 Aoû - 14:48

Les figures de style !!


Qu’est ce que c’est ?
Une figure de style est un procédé d’expression qui s’écarte de l’usage ordinaire de la langue et donne une expressivité particulière au propos. On parle également de figure de rhétorique ou de figure du discours.

A quoi ça sert ?
C’est d’abord une manière de s’exprimer. Une figure modifie le langage ordinaire pour le rendre plus expressif. Elles permettent aux auteurs de jouer avec les mots, les sonorités, les constructions afin de retranscrire l’idée. Propre à chaque auteur, elle lui confère un style et une rythmique. Irrémédiablement, les figures de style modèle la pensée et le sens de la littérature.

------------------------------------------------------------------------------------

Like a Star @ heaven I. Les figures d’amplification. Like a Star @ heaven

Gradation : succession ordonnée de termes, d’idées ou de sentiments. On parle de gradation ascendante lorsque les termes sont de plus en plus forts et de gradation descendante lorsque les termes sont de plus en plus faibles.
« Va, cours, vole, et nous venge. » (Corneille, Le Cid, acte I, scène 5) >> ascendante
« Je me meurs ; je suis mort ; je suis enterré. » (Molière, L’Avare, acte IV, scène 7) >> ascendante
« Marchez, courez, volez où l’honneur vous appelle. » (Nicolas Boileau, Le Lutrin, III) >> ascendante
« Ah ! Oh ! Je suis blessé, je suis troué, je suis perforé, je suis administré, je suis enterré. » (Alfred Jarry, Ubu roi >> ascendante
« Sois satisfait des fleurs, des fruits, même des feuilles, si c'est dans ton jardin à toi que tu les cueilles ! » (Edmond Rostand) >> descendante.


Hyperbole : exagération excessive du sens d’un mot traduisant l'émotion ou apportant un souffle épique.
« Je meurs de faim »
« Ô République universelle,
Tu n'es encor que l'étincelle,
Demain tu seras le soleil ! » (Victor Hugo, Les Châtiments, Lux)


Hypotypose : description d'une scène de manière si réaliste que l'on croit la vivre.

Anaphore : reprise du même terme ou de la même expression au début de chaque phrase ou paragraphe : il s'agit alors d'une anaphore verticale. Si le même terme revient à intervalle régulier dans une même phrase, on parlera d'anaphore horizontale.
« Je veux qu’un noir chagrin à pas lents me consume,
Qu’ il me fasse à longs traits goûter son amertume ;
Je veux, sans que la mort ose me secourir,
Toujours aimer, toujours souffrir, toujours mourir. » (Corneille, Suréna (1674), I, 3 ):
« Un homme est mort qui n’avait pour défense
Que ses bras ouverts à la vie
Un homme est mort qui n’avait d’autre route
Que celle où l’on hait les fusils
Un homme est mort qui continue la lutte
Contre la mort contre l’oubli. » (Paul Éluard, Au rendez-vous allemand)


Enumération : juxtaposition successive des différentes parties d'un tout telle qu’une liste.
« Partout la joie, le gain, la débauche. » (Le vieux saltimbanque)

Redondance : répétition de la même idée sous plusieurs formes; utilisation de synonyme.
" Il avait renoncé, il avait abdiqué " (Le vieux saltimbanque)

Répétition : répétition plurielle du même mot au sein d’une seule phrase.
« Oh! Cèdres du Liban, cèdres de nos délires,
Cèdres de notre extase et de notre fièrté. »(Charles Corm).



~~~~~~~~

Like a Star @ heaven II. Figures d’analogie. Like a Star @ heaven

Allégorie : représentation et symbolisation d’une abstraction, d’une idée, par une image ou un être vivant.
« La justice, notion abstraite, est représentée par une jeune femme, notion concrète, aux yens bandés qui tient une balance et un glaive. »
« La mort, notion abstraite, est représentée par un squelette recouvert d’une cape qui tient une faux »


Apostrophe : s'adresser à quelqu'un ou à quelque chose que l'on personnifie, le plus souvent en utilisant le 'o' lyrique.
" Ô nuit ! Ô rafraîchissantes ténèbres ..." (Le crépuscule du soir)

Comparaison : rapprochement de deux termes selon un rapport d’analogie établi : le comparé est mis en parallèle avec le comparant à l’aide d’un terme de comparaison (comme, tel, semblable à, pareil à, ainsi que, de même que, …). La comparaison met en évidende de la similitude entre deux réalités ; à la différence de la métaphore et n'identifie pas le comparé au comparant, elle souligne juste la ressemble de l'un par rapport à l'autre.
Les comparatifs précise le rapport qu’entretiennent le comparé et le comparant.
- Rapport d’égalité : " Je fus pris à l'égard de ce pauvre homme d'une haine aussi soudaine que despotique " (Le mauvais vitrier)
- Rapport de supériorité : " Il n'est pas d'objet plus profond, plus mystérieux... qu'une fenêtre éclairée." (Les fenêtres)
- Rapport d’infériorité : " Je n'éprouvai à cette perte qu'un peu moins d'émotion que si j'avais égaré ... ma carte de visite" " Le joueur généreux"

Métaphore : figure qui consiste à désigner un objet ou une idée par un mot qui convient pour un autre objet ou une autre idée liés aux précédents par une analogie. La métaphore fusionne donc en un seul les deux termes de la comparaison ; il s’agit d’une comparaison sans terme comparatif : d’une comparaison implicite.
« Ma jeunesse ne fut qu’un ténébreux orage » (Baudelaire, « L’Ennemi »)
« Son rire de pluie fraîche » (Julien Gracq)
« Je suis un vieux boudoir plein de roses fanées » (Baudelaire, LXXVI – Spleen)


Métaphore filée : procédé qui consiste à développer une métaphore en complétant le comparant (c par plusieurs mots qui lui sont apparentés, sans que leur comparé soit exprimé). Il s’agit, concrètement, d’une longue métaphore qui garde la même idée sur plusieurs phrases.
« Dans l'océan de ta chevelure, j'entrevois un port fourmillants de chants mélancoliques ... de navires de toutes sortes... »

Personnification : figure qui confère à des entités abstraites ou à des inanimés des traits de comportement, de sentiment ou de pensée propres aux êtres humains.
« Un soleil voit naître et mourir la rose »
«…la grande République
Montrant du doigt les cieux ! « (Victor Hugo, Les Châtiments, À l’obéissance passive)
" Les fables de la Fontaine."


Prosopopée : figure qui consiste à faire parler une personne morte ou absente, un animal, une chose personnifiée ou encore une abstraction.
«Il entendit une voix chuchoter sous la tombe où il était assis et cette voix disait : " Maudites soient vos cibles.... turbulents vivants » (Le tir et le cimetière)

Superlatif : système de comparaison désignant l'infériorité ou la supériorité absolue : le superlatif est toujours précédé de l'article défini : le plus grand ; le moins grand.
" Vous êtes, je crois, le plus bel exemple d'imperméabilité féminine qui se puisse rencontrer..."

Synesthésie : phénomène d'association par lequel des sensations différentes se correspondent, se font écho.
" Comme de longs échos qui de loin se confondent
Dans une ténébreuse et profonde unité,
Vaste comme la nuit et comme la clarté,
Les parfums, les couleurs et les sons se répondent. (Baudelaire dans le poème "Correspondance" des Fleurs du Mal)
" Si tu pouvais savoir tout ce que je vois ! tout ce que je sens ! tout ce que j'entends dans tes cheveux" (Un hémisphère dans une chevelure)



~~~~~~~~

Like a Star @ heaven III. Figures d’atténuation. Like a Star @ heaven

Euphémisme : figure de pensée qui consiste à employer une expression adoucie (ou un mot) pour évoquer une idée désagréable, triste ou brutale.
« Elle nous a quittés. » au lieu de dire « Elle est morte. »
« On l’a remercié hier. » pour dire « On l’a renvoyé hier. »
« Une longue maladie » au lieu de, par exemple, « un cancer ».


Litote : figure qui consiste à dire moins pour suggérer davantage (sous-entendre). C’est laisser entendre plus qu’on ne dit, dire beaucoup en peu de mots. À la différence de l’euphémisme qui est employé pour parler d’un référent désagréable sans utiliser le terme exact, la litote renforce l’information.
« Va, je ne te hais point (= je t’aime) (Victor Hugo, Le Cid, acte III, scène 4)
« Ce n’est pas mauvais » (= c’est bien)
« Ca ne sent pas la rose ici » (= ça sent mauvais)



~~~~~~~~

Like a Star @ heaven IV. Figures de construction. Like a Star @ heaven

Anacoluthe : figure qui consiste en une rupture de la cohésion syntaxique. Cette rupture dans la construction d’une phrase provoque généralement un effet de surprise.
« Vous voulez que ce Dieu vous comble de bienfait ; Et ne l’aimer jamais ? » (Racine, Athalie, I, 4).
« Le nez de Cléopâtre, s’il eût été plus court, la face du monde en eût été changée. » (Pascal, Les pensées.)


Anastrophe : inversion de l’ordre habituel des mots.
« Étroits sont les vaisseaux, étroite notre couche.
Immense l’étendue des eaux, plus vaste notre empire"
« D'amour vos beaux yeux, Marquise, mourir me font. » (Molière).


Asyndète : juxtaposition de deux ou plusieurs termes, expressions ou propositions sans conjonction de coordination ou de subordination.
« Il ne pleurait pas, il ne dansait pas, il ne gesticulait pas, il ne criait pas, il ne chantait aucune chanson... » (Le vieux saltimbanque) >> suppression de et, ni.
« Tu l’a voulu, tu l’a eu >> suppression de donc.


Ellipse : procédé qui consiste à omettre certains éléments logiquement nécessaires à l’intelligence du texte. Il s’agit en fait de passer sous silence certains événements afin d’accélérer la narration« Pierre mange des cerises, Paul des fraises » : ellipse du verbe « manger » conjugué
« Et pendant des années et encore des années ce fut ainsi chaque jour... » (Aux champs, Guy de Maupassant)
« Pris ou non, exécuté ou non, peu importait » (Malraux)
« Je n'avance guère. Le temps beaucoup » (Eugène Delacroix)
« je t'aimais inconstant, qu'aurais-je fait fidèle? » (Jean Racine) >> ellipse de « qu'aurais-je fait si tu avais été fidèle? »

Epipophème : placement d’une formule sentencieuse, qui exprime une opinion générale souvent présentée comme non contestable, au début ou à la fin d’un ensemble textuel plus vaste. L’épiphonème peut servir de conclusion ou de justification et encore de morale universelle.
" La raison du plus fort est toujours la meilleure ;
Nous l’allons montrer tout à l’heure.
Un Agneau se désaltérait
Dans le courant d’une onde pure.
Un Loup survient à jeun qui cherchait aventure,
Et que la faim en ces lieux attirait » (Le loup et l’agneau, Jean de la Fontaine)


Interrogation orale : feint d'interpeller le lecteur ; l'auteur présent sous forme interrogative ce qu'il pense : c'est une affirmation déguisée.
« Qu'importe l'éternité de la damnation à qui a trouvé une seconde l'infini de la jouissance ? « (Le mauvais vitrier)

Parallélisme : structure en miroir montrant l'identité ou l'opposition
« Mon cheval sera la joie, ton cheval sera l'amour » V(ictor Hugo, La Légende des siècles, Les Chevaliers errants, Éviradnus, XI : Un peu de musique)
"L'ironie blesse, l'humour guérit
L'ironie peut tuer, l'humour aide à vivre
L'ironie veut dominer, l'humour libère
L'ironie est impitoyable, l'humour est miséricordieux
L'ironie est humiliante, l'humour est humble" (Comte-Sponville, Petit traité des grandes vertus.)
" Tu dis que tu aimes les fleurs et tu leur coupes la queue,
Tu dis que tu aimes les chiens et tu leur mets une laisse,
Tu dis que tu aimes les oiseaux et tu les mets en cage,
Alors quand tu dis que tu m’aimes, moi j’ai un peu peur." (Jean Cocteau.)


~~~~~~~~

Like a Star @ heaven V. Figures de sonorité. Like a Star @ heaven

Allitération : répétition d'une même consonne produisant un effet harmonique ou de soulignement.
« Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes ? » (Racine, Andromaque, V, 5 >> la sonorité des mots évoque le sifflement du serpent

Assonance : répétition d'une même voyelle produisant un effet harmonique ou expressif.
" Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant " (Verlaine) >> assonance en é et an.
" Louboutin, ou les souliers au dessous outragement rougeoyant " >> assonance en ou.


Epenthèse : Incorporation d'une voyelle, d'une consonne ou d'une syllabe, au milieu d'un mot.
" Merdre " (Alfred Jarry, Ubu roi)

Homéotéleute : répétition d’un même son à la fin d’une phrase ou à la fin des mots d’une même phrase. C'est l'équivalent de la rime dans les textes en prose.

Paronomase : rapprochement des mots comportant des sonorités semblables mais qui ont des sens différents.
"Qui se ressemble, s'assemble"
"Pourquoi ne pas boire ta boisson, il n'y a point de poison..."


~~~~~~~~

Like a Star @ heaven VI. Figures d'opposition. Like a Star @ heaven

Antiphrase : ous-entendre le contraire de ce que signifie une phrase énoncée : on dit ainsi le contraire de ce que l’on pense réellement. L’ironie repose souvent sur l’antiphrase.
« Quel courage » >> dénonciation de la lâcheté.

Antithèse : opposition de deux termes ou de deux expressions de sens contraire dans une même phrase ou dans un même paragraphe.
« Un noble, s'il vit chez lui dans sa province, il vit libre mais sans appui; s'il vit à la cour, il est protégé mais il est esclave. » (Jean de La Bruyère)

Chiasme : figure qui consiste à disposer symétriquement les termes de manière croisée suivant la structure AB / BA.
« Ayant le feu pour père, et pour mère la cendre. » (Agrippa d'Aubigné)
« La neige fait au nord ce qu'au sud fait le sable. » (Victor Hugo)
« Rester dans le paradis, et y devenir démon, rentrer dans l'enfer, et y devenir ange ! » (Victor Hugo)
« Il faut manger pour vivre et non pas vivre pour manger. » (Molière)


Oxymore : juxtaposition de deux termes opposés.
« Un mort vivant »
« Des sueurs froides »
« Cette obscure clarté qui tombe des étoiles » (Corneille, Le Cid)



~~~~~~~~

Like a Star @ heaven VII. Figures de substitution. Like a Star @ heaven
Antonomase : utilisation d'un nom propre pour désigner un nom commun ou un nom commun pour désigner une personne.
« C’est un vrai Don Juan » >> c’est un vrai séducteur.
« Quel Tartuffe celui là ! » >> quel hypocrite !
« Mon oncle est un vrai Harpagon » >> mon oncle est très avare.
« Ma femme est une pénélope, c’est de la chance… » >> ma femme est fidèle, c’est de la chance.


Métonymie : figure qui consiste à désigner un objet ou une idée par un autre terme que celui qui convient (par glissement de sens).
[u ]- Le tout et la partie : [/u]une bonne plume pour un bon écrivain ;
- L’objet et sa matière : un verre pour un récipient en verre ;
- Le contenu et le contenant : boire un verre pour dire boire le contenu d’un verre ;
- L’activité et l’instrument, l’objet : faire du piano, jouer aux cartes ;
- La cause et l’effet : boire la mort pour boire le poison ;
- L’écrivain et son œuvre : lire un Flaubert ;

Périphrase : utilisation de plusieurs de terme pour en qualifier un seul.
« Le pays du soleil couchant » >> le Japon.
« La capitale de la France / La ville lumière » >> Paris.
« Cet objet sinistre qui me renvoie mon reflet » >> un miroir.


Synecdoque : variété de métonymie qui consiste à donner à un mot un sens plus large ou plus restreint qu’il ne comporte habituellement. Généralement, c’est la désignation d’une partie pour annoncer un tour.
« Faire de la voile » >> faire du bateau.
« Je comte deux cent têtes dans ce théâtre » il y a deux cent personnes.



~~~~~~~~

Like a Star @ heaven Le rythme.Like a Star @ heaven

Le rythme binaire symétrique : Il divise le slogan en deux hémistiches de longueur égale séparés par une césure
« Ma corsa, c’est tout moi ».

Le rythme ternaire.
« Du pain, du vin, du boursin, » >> 2/2/3
« L’eau, l’air, la vie » >> 1/1/2
« C’est facile, c’est pas cher, et ça peut rapporter gros >> 3/3/7 = structure avec fuite.
« Le téléphone, c’est bien quand il sonne, c’est mieux quand il répond >> 4/5/6 = structure avec progrés.

_________________
La morale n'est légitime qu'à la première personne...


Dernière édition par Miko le Dim 19 Aoû - 14:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://make-up.forumactif.com/
Matsuyama
Colubris
Colubris


Nombre de messages: 172
Age: 26
Plumes: 401
Date d'inscription: 19/07/2011

MessageSujet: Re: Les figures de style dans le roman et la poésie.   Mer 8 Aoû - 15:18

Excellent récapitulatif ! Merci beaucoup !

Utiliser les figures de style, c'est quelque chose que j'ai du mal à faire consciemment !
Dernièrement, j'ai réussi à faire un chiasme, voulu et de mon plein gré Laughing


Juste un truc :
Citation :
« Du pain, du vin, du boursin, » >> 2/2/2

C'est 2/2/3, non ?

_________________
__*____*____*__

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miko
Falco eleonorae
Falco eleonorae


Nombre de messages: 339
Age: 20
Plumes: 1232
Date d'inscription: 22/01/2011

MessageSujet: Re: Les figures de style dans le roman et la poésie.   Mer 8 Aoû - 17:28

Oui c'est exact ! Merci !

_________________
La morale n'est légitime qu'à la première personne...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://make-up.forumactif.com/
Matsuyama
Colubris
Colubris


Nombre de messages: 172
Age: 26
Plumes: 401
Date d'inscription: 19/07/2011

MessageSujet: Re: Les figures de style dans le roman et la poésie.   Dim 19 Aoû - 14:29

Citation :
« Je comte deux ans têtes dans ce théâtre » il y a deux gens personnes.

J'avais pas vu ça. Je pense qu'il y a un souci... Ce serait pas plutôt :

"« Je compte deux cents têtes dans ce théâtre » il y a deux cents personnes" ?

_________________
__*____*____*__

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miko
Falco eleonorae
Falco eleonorae


Nombre de messages: 339
Age: 20
Plumes: 1232
Date d'inscription: 22/01/2011

MessageSujet: Re: Les figures de style dans le roman et la poésie.   Dim 19 Aoû - 14:37

Exact !! La fatigue m'avait atteint on dirait !

_________________
La morale n'est légitime qu'à la première personne...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://make-up.forumactif.com/
Matsuyama
Colubris
Colubris


Nombre de messages: 172
Age: 26
Plumes: 401
Date d'inscription: 19/07/2011

MessageSujet: Re: Les figures de style dans le roman et la poésie.   Dim 19 Aoû - 15:16

Ça arrive à tout le monde ^_^

_________________
__*____*____*__

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isabella Von Statën
Periparus ater
Periparus ater


Nombre de messages: 102
Age: 92
Plumes: 300
Date d'inscription: 01/08/2012

MessageSujet: Re: Les figures de style dans le roman et la poésie.   Dim 19 Aoû - 23:32

Merci beaucoup Mik' !
Il est vrai que j'aimerai beaucoup les maîtriser à la perfection ces figures de styles malheureusement, ce n'est pas encore le cas ^^' !
Elles sont très nombreuses et j'imagine que je ne vais pas toutes les retenir d'un coup mais en m’exerçant, ça ira déjà mieux !
Par ailleurs je ne pas "compris" la structure du deuxième chiasme de Victor Hugo :
« Rester dans le paradis, et y devenir démon, rentrer dans l'enfer, et y devenir ange ! »

Encore merci, Isa' !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miko
Falco eleonorae
Falco eleonorae


Nombre de messages: 339
Age: 20
Plumes: 1232
Date d'inscription: 22/01/2011

MessageSujet: Re: Les figures de style dans le roman et la poésie.   Lun 20 Aoû - 11:28

    Pour le chiasme, c'est une structure en forme de croix. C'est à dire qu'il faut mettre en parrallèle les termes qui s'opposent ou, pour accentuer des termes similaires (c'est le cas ici).
    Pour t'aider à trouver les termes, il faut décomposer la phrase et l'écrire sur deux lignes en la coupant à la virgule; on se rend compte que paradis et dessus enfer et démon dessus ange. De plus, si l'on croise les termes opposés, ils se rejoignent : paradis avec anges et démon avec enfers.

    Et puis on utilise beaucoup de figures de style sans que l'on s'en rende compte finalement. Le mieux reste d'écrire et elles viendront seules. Depuis la seconde mes profs me les ont fait apprendre part coeur, même en post bac, et je ne pense pas que ça soit la meilleure solution. Apprendre à déjà les reconnaître, c'est, au final, les connaître : reste plus qu'à écrire :p

_________________
La morale n'est légitime qu'à la première personne...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://make-up.forumactif.com/
Isabella Von Statën
Periparus ater
Periparus ater


Nombre de messages: 102
Age: 92
Plumes: 300
Date d'inscription: 01/08/2012

MessageSujet: Re: Les figures de style dans le roman et la poésie.   Lun 20 Aoû - 17:55

Ok merci beaucoup !

C'est exact. Tu les a toutes apprises par coeur ?! Au mon Dieu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miko
Falco eleonorae
Falco eleonorae


Nombre de messages: 339
Age: 20
Plumes: 1232
Date d'inscription: 22/01/2011

MessageSujet: Re: Les figures de style dans le roman et la poésie.   Lun 20 Aoû - 19:36

Oui !! Et encore, j'ai un cours complet sur l'inventivité de la langue dans le monde commercial, je vous hésite le supplice...

_________________
La morale n'est légitime qu'à la première personne...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://make-up.forumactif.com/
Matsuyama
Colubris
Colubris


Nombre de messages: 172
Age: 26
Plumes: 401
Date d'inscription: 19/07/2011

MessageSujet: Re: Les figures de style dans le roman et la poésie.   Lun 20 Aoû - 22:38

Miko a écrit:
Oui !! Et encore, j'ai un cours complet sur l'inventivité de la langue dans le monde commercial, je vous hésite le supplice...

Tu nous l'évites, plutôt, non ? Laughing À moins que tu hésites à nous en faire part ? Sadique ! Laughing

_________________
__*____*____*__

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miko
Falco eleonorae
Falco eleonorae


Nombre de messages: 339
Age: 20
Plumes: 1232
Date d'inscription: 22/01/2011

MessageSujet: Re: Les figures de style dans le roman et la poésie.   Mar 21 Aoû - 11:32

Mouah ! Décidément, je devrais VRAIMENT me relire ces temps ci !

Je vous EVITE donc ce supplice mdr !

_________________
La morale n'est légitime qu'à la première personne...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://make-up.forumactif.com/
Matsuyama
Colubris
Colubris


Nombre de messages: 172
Age: 26
Plumes: 401
Date d'inscription: 19/07/2011

MessageSujet: Re: Les figures de style dans le roman et la poésie.   Mar 21 Aoû - 19:28

Ah, c'est gentil Wink (mais non, ne te relis pas, ça peut nous faire rire, des fois Wink )

Hm, faudrait peut-être arrêter le flood, non ? Embarassed

_________________
__*____*____*__

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miko
Falco eleonorae
Falco eleonorae


Nombre de messages: 339
Age: 20
Plumes: 1232
Date d'inscription: 22/01/2011

MessageSujet: Re: Les figures de style dans le roman et la poésie.   Mar 21 Aoû - 22:27

Flood ? Ou ça du flood ? XD

_________________
La morale n'est légitime qu'à la première personne...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://make-up.forumactif.com/
 

Les figures de style dans le roman et la poésie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les figures impossibles
» Lien téléchargement style Yamaha Tyros pour BK7m
» Un p'tit tour au C E V dans les années 50-60
» photo dans le profil !!!
» Un chien dans un jeu de quilles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Writers Dreams ::  :: -